Dans le Roussillon, Marie-Pierre Piquemal a été élue « vigneronne de l’année » par le guide Hachette. Rencontre à Perpignan.

La semaine dernière, j’ai eu le plaisir d’explorer le Roussillon, au pied des Pyrénées et du massif des Corbières, et d’y rencontrer une quinzaine de vignerons. Parmi ceux-ci, Marie-Pierre Piquemal, une jeune vigneronne à la tête du domaine Piquemal (50 ha) à Espira de l’Agly, à moins de 20 kilomètres à vol d’oiseau de la Grande Bleue, qui vient d’être élue, avec 33 autres vignerons dans d’autres régions, « vigneronne de l’année » par le célèbre guide de vins français.

Marie-Pierre Piquemal

Marie-Pierre Piquemal

Le domaine Piquemal est un domaine initié par les parents de Marie-Pierre, Annie et Pierre Piquemal. Marie-Pierre les rejoint en 2002 pour en assurer la commercialisation, tout comme son frère Franck en 2009, au moment où les parents cèdent la main, pour la vinification. Un virage est alors donné, le domaine quitte le centre du village pour occuper un vaste et moderne bâtiment à quelques kilomètres de là. « Nous avons alors fait le pari de tout reconstruire, explique Marie-Pierre, pour organiser le travail de façon plus rationnelle. »

Mais, en mai 2010, quatre mois avant l’inauguration de ces nouvelles installations, Franck meurt, à 40 ans, d’une maladie foudroyante, obligeant Marie-Pierre à reprendre la vinification. Deux ans plus tard, alors que les travaux d’aménagement du site s’achèvent, Annie Piquemal décède à son tour, propulsant Marie-Pierre à la tête du domaine et obligeant son père à reprendre du service et son mari à venir à la rescousse.  « Je sentais qu’il fallait y aller, mais j’avoue que je ne pensais pas en baver autant, confie-t-elle. Difficile de se faire accepter par les équipes en effet et de changer les habitudes quand on est une femme, et de surcroît, la fille du patron. Mais c’était moi ou la vente de la propriété aux Chinois… »

web-pique04 web-pique03Depuis 2013, les méthodes du domaine Piquemal ont évolué vers un travail en parcellaire, c’est-à-dire en vinifiant séparément les raisins de chaque parcelle afin d’assembler les meilleurs jus et obtenir les vins les plus harmonieux selon les terroirs.

« Nous avons beaucoup de vignes isolées, près de 60 parcelles pour un total de 50 hectares, explique Marie-Pierre, et nous avons essayé de regrouper les cépages selon les terroirs, car on ne plante pas les mêmes raisins sur des sols de schiste que sur des galets roulés ou des sols argilo-calcaires. Notre style a évolué vers des vins moins chaleureux (comprenez, moins alcoolisés), plus frais, avec des degrés cohérents. Des vins moins massifs qu’avant, plus ronds et équilibrés sans trop d’extraction. Dans le même esprit, la barrique doit servir à élever le vin pour en donner le meilleur et non en pour maquiller les défauts, avec des élevages moins intenses afin de vendre les vins dans leur jeunesse. »

La gamme de Piquemal se décline en Côtes de Roussillon Villages avec les excellentes « Terres grillées » en blanc, rosé et rouge, ainsi que les cuvées Galatée et Pygmalion, en vins de pays et en Muscat de Rivesaltes.

Ces vins sont largement diffusés en Belgique, entre 7 et 13 euros selon la référence, par divers cavistes dont Vinicole Leloup (Bousval), Nihon – La cave à vins (Visé), Calivin (Juprelle), Tire-bouchon (Bruges) ou Les Vins de Julien (Vlezenbeek). Marie-Pierre Piquemal est présente chaque année en mars au salon des vins d’Hermalle-sous-Argenteau. Infos: domaine-piquemal.com

Texte publié dans la Dernière Heure le 1/10/2017 à ma signature

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *