Original: douze coopératives françaises ont créé le club « Marques & Coop » pour valoriser leurs deux meilleures cuvées respectives.

Au début du XXe siècle, confrontés à de graves crises sanitaires et économiques, des vignerons français s’unissent et lancent les premières caves coopératives afin de produire en unissant leurs forces. Dans cette organisation, la coopérative vinicole produit et vend le vin élaboré avec les raisins de ses adhérents. En France, la coopération réalise aujourd’hui 40% de la production nationale de vin et rassemble plus de 80.000 vignerons au sein de 600 caves coopératives et 32 unions.

Au moment des vendanges, les viticulteurs apportent leurs raisins à la coopérative qui va les vinifier selon les règles propres à chaque catégorie (appellation ou indication d’origine protégée, vin de France ou vin bio). Certains viticulteurs ne disposant du matériel nécessaire (pressoir, chai, etc.) y font par ailleurs vinifier leurs propres vins, les commercialisant alors sous leur propre nom.

Pendant longtemps, les coopératives ont pâti d’une image de vin à bas prix, privilégiant le volume à la qualité. Confrontées à la concurrence des vins du Nouveau Monde ou plus simplement à la demande du consommateur pour des vins de meilleure qualité, les coopératives ont clairement revu leur stratégie pour éviter le départ de leurs membres mais aussi pour dégager plus de profits afin de pouvoir investir dans un matériel plus performant.

Haut de gamme

Conscientes de ces enjeux, douze coopératives ont décidé d’aller un cran plus loin dans la réflexion et de créer le club “Marques et Coop”. Réparties sur l’ensemble du territoire français, le club rassemble 4000 vignerons produisant ensemble l’équivalent de 200 millions de bouteilles chaque année. Chaque membre a ici choisi deux vins premium dans sa gamme et participe à des opérations de promotion commune. L’une d’elles s’est déroulée voici quelques semaines non loin de Bruxelles. Parmi les 24 vins présentés, j’ai particulièrement apprécié et retenu quatre vins dans les trois couleurs et les bulles.

bouteillescoop

Toques et Clochers Edition limitée 2013 de Sieur d’Arques tout d’abord, un Crémant de Limoux Brut élevé 36 mois sur lattes d’une grande finesse et très frais. Elaboré en collaboration avec feu Denis Dubourdieu et Valérie Lavigne, ce vin n’est pas trop dosé (entendez, pas trop sucré) et est parfait à l’apéritif. La gamme Sieur d’Arques est distribuée par Bleuzé Wines.

Un vin blanc ensuite, Eglantier – Terre d’Ardèche Viognier 2016, de l’union Vignerons ardéchois qui regroupe 12 caves de vinification.  Un vin très aromatique, rond et séduisant même s’il lui faut quelques minutes pour s’ouvrir. Juste parfait avec des asperges ! (14,69€ chez Vinoble)

Fondée il y a 4 ans, l’union Estandon Vignerons est le plus important metteur en marché de Provence et exploite plus de 2000 ha. Si l’Estandon Zénith 2016 est agréable, l’Estandon Légende 2014 est juste excellent ! Elaboré avec du Grenache, de la Syrah et du Rolle (aussi appelée Vermentino), il s’agit d’un véritable rosé de garde, minéral et floral, avec de magnifiques arômes de fruits à chair blanche. Un vrai coup de cœur disponible chez nous uniquement dans la restauration (distribution VASCO).

Enfin, si chacun connaît bien évidemment Châteauneuf-du-pape, sa coopérative, le Cellier des Princes, a amorcé en 2006 un virage de qualité en faisant, notamment, appel à l’œnologue Philippe Cambie qui a réussi à littéralement valoriser le potentiel qualitatif des 600 hectares de ses membres. Le 2015 est puissant et complexe, avec d’agréables notes épicées et fruitées. Et cerise sur le gâteau, les vins sont bios depuis 2013. A découvrir au Cora notamment (15,65€).

Plus d’infos: marquesandcoop.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *