Dégustation d’une sélection de vins rouges et blancs envoyés par le Syndicat de Pessac-Léognan et celui des Graves. Quelques vins très prometteurs et moins chers que les autres années. Publication en deux parties, blancs, puis rouges.

L’appellation Graves est la seule en France à porter le nom de ses sols. Composés de galets et de graviers roulés par la Garonne, de sables et d’argiles, les Graves s’étirent sur la rive gauche du fleuve, entre Bordeaux au Nord et Langon au Sud. C’est l’un des plus anciens vignobles de cette région, on le dit souvent aux origines de Bordeaux.

En 1953, n’ayant pas été retenus dans le classement de 1855 (tous les rouges venaient du Médoc, sauf Haut-Brion), les producteurs des Graves établissent leur propre classement, complété en 1959, et qui distingue 16 crus classés en rouge et/ou blanc.

En 1980, le syndicat viticole de Pessac-Léognan est créé grâce au combat acharné d’André Lurton, ce qui va ensuite donner naissance à la création en 1987 de l’appellation communale “Pessac-Léognan” dans les Graves pour dix communes à quelques kilomètres de Bordeaux.

Ici, les vins rouges représentent 70% des surfaces, les blancs 20% et les liquoreux un peu plus de 8%.

PESSAC-LEOGNAN

Ci-après ne sont présentés que les vins dépassant 86/100.

  • Château Larrivet Haut-Brion: quel magnifique vin ! Les progrès sont manifestes d’année en année. Le vin est très élégant, bien étoffé et sans trop de bois, avec une belle fraîcheur. Finale légèrement saline. Un quart de Sémillon. Top! 92/100
  • Château Brown: le nez est puissant, la bouche est riche, précise et enrobée avec de superbes épices. Un peu de bois (50% de barriques neuves quand même), mais une finesse magistrale. HVE et SME. 91/100
  • Château Cantelys: repris à Dominique Lurton en 1996, par Florence et Daniel Cathiard, Cantelys dispose de six hectares de blancs, moitié Sauvignon, moitié Sémillon. Ce 2019 est une belle réussite, avec de beaux agrumes et quelques notes légèrement fumées. Touche saline en finale et très belle persistance. 90/100
  • Château de France: ici aussi, les vins de Arnaud Thomassin gagnent en amplitude et en qualité chaque année. Ce blanc 2019 vient confirmer la tendance avec une large majorité de Sauvignon. Elegance et finesse. A découvrir si ce n’est déjà fait. 90/100
  • Château La Garde: un des vignobles Dourthe. Très belle expression aromatique, retour de fruits blancs en fin de bouche. 88/100
  • Château Haut-Plantade: puissance aromatique et agrumes raffinés. La finale est très complexe et très prometteuse. A suivre. 88/100
  • Château Haut-Bergey: des saveurs qui tranchent sur les autres vins de la dégustation et un très bel équilibre général. Raffiné. Biodynamique aussi. 88/100
  • Château de Rochemorin: le premier millésime post-Vincent Cruège qui avait mené le vignoble à un excellent niveau. Agréable à déguster mais on aurait espéré un peu plus de vivacité. 87/100
  • Château La Louvière: un blanc dans la lignée du château, ni plus ni moins, mais très correct quand même. 87/100
  • Château Luchey-Halde: le vignoble de Bordeaux Sciences agro. Belle palette aromatique, dans la bonne moyenne du millésime, finale florale et minérale très séduisante. 87/100
  • Château de Rouillac: du fruit bien mûr et beaucoup d’élégance, arômes de fruits blancs et floraux. Fraîcheur. 87/100

CRUS CLASSÉS DES GRAVES

  • Château Smith Haut Lafitte: tout simplement superbe, largement au-dessus de la mêlée avec de remarquables notes exotiques et d’agrumes, d’amandes et de bois raffiné. Sophistiqué et pur à la fois, un plaisir complet avec une très belle longueur. 95/100. A noter que le second vin, Les Hauts de Smith (90/100), est dans l’immédiate lignée du grand cru et, sauf erreur, est sorti autour de 25 euros en primeurs. Bref, si on vous en propose, n’hésitez pas.
  • Château Pape Clément: fidèle à son image, le Cru Classé de Pape-Clément se caractérise par un fruit bien mûr et une bouche ronde qui séduit rapidement. Fin de bouche très agréable. 89/100
  • Château Bouscaut: agrumes et épices dominent une bouche très ronde et de longueur moyenne. Légère sucrosité. En dessous du millésime précédent. 88/100
  • Domaine de Chevalier: une bouche assez large, avec de beaux agrumes mais aussi plus d’amertume. Potentiel de vieillissement. 88/100
  • Château Malartic-Lagravière : bel équilibre pour ce 2019, résultat d’un assemblage 75/25 de Sauvignon et de Sémillon encore sur la réserve. Très belle persistance. 88/100.
  • Château Carbonnieux: le nez est très élégant mais la bouche n’est pas complètement à la hauteur de celui-ci. Du moins pour l’instant. Double ration d’agrumes pour ce grand classique très apprécié en Belgique. 87/100
  • Château Olivier : un vin dominé par les fruits exotiques, quelques notes végétales et des épices avec une étonnante amertume en milieu de bouche. Lui aussi un peu en-dessous de ses prestataions habituelles. Etrange millésime finalement. 87/100

Egalement dégustés:

  • en Pessac-Léognan : Château Alix, Château de Cruzeau, Château d’Eyran, Domaine de Grandmaison, Château Haut-Nouchet, Château Haut-Vigneau, Château Lafargue, Château Lafont-Menaut, Château Lespault-Martillac, Château d’Eck, Domaine de La Solitude
  •  en crus classés de Graves: Château Couhins, Château Couhins-Lurton et Château Latour-Martillac

Marc Vanel, 08/07/20